Comment comprendre et accompagner les émotions de mon enfant ?

Il n’est pas toujours facile pour un enfant d’apprendre à composer avec toutes les émotions qui l’habitent au quotidien : colère, joie, tristesse, jalousie… Il a besoin de votre aide pour réussir à mieux les appréhender. Alors comment comprendre ce qu’il ressent et accompagner les émotions de son enfant ? Quelles astuces mettre en place au quotidien et comment réagir quand on se sent dépassé ? Dans ce nouvel article, je vous dis tout ce qu’il faut savoir sur les émotions de votre enfant.

Comprendre et accompagner les émotions de mon enfant

Avant tout, il est important de savoir que les émotions de l’enfant ne sont pas ressenties de la même manière que chez l’adulte. En effet, l’immaturité cérébrale de l’enfant ne lui permet pas encore d’arriver à bien vivre ses émotions. De ce fait, il ne va pas pouvoir agir comme le ferait un adulte face à elles. C’est donc à nous, parents, d’en avoir bien conscience afin d’adapter notre réaction, notre positionnement face à lui.

Les émotions chez l’enfant

Jusqu’à environ 5 ans, l’enfant est dominé par son cerveau archaïque et émotionnel. Il est ainsi incapable de réguler ses émotions car c’est ce cerveau qui régit tous ses comportements. Le cortex préfrontal qui va ensuite lui permettre d’accepter ce qu’il ressent, de raisonner ou de prendre des décisions est encore immature. Il est donc tout à fait normal qu’il vive ses émotions de manière plus intense. On parle en effet souvent de véritables tempêtes émotionnelles, parfois incontrôlables, tout simplement parce que l’enfant ne comprend pas ce qui lui arrive. Une émotion, quelle qu’elle soit est pourtant essentielle. Il s’agit d’une réaction physiologique qui doit être vécue jusqu’au bout pour ensuite se sentir mieux. De manière générale, une émotion est assez brève, environ 90 secondes. Elle se déroule en trois temps : la charge, la tension puis la décharge. Il est donc nécessaire d’aller au bout de ce processus naturel.

L’aider à se reconnecter à son corps et accueillir ses émotions

Pour accompagner au mieux votre enfant, vous pouvez commencer par l’aider à reconnaître ses émotions. Pour cela, il est avant tout nécéssaire que vous, adulte, connaissiez les différentes sensations associées à chaque émotion. Vous pourrez ainsi l’inciter à se reconnecter à son corps, à ses sensations, tout en lui posant des questions pour l’aider à se repérer. Par exemple : « Est-ce que tu ressens des palpitations dans ta poitrine, Est-ce que ta mâchoire se crispe ? Est-ce que tu as les mains moites ou envie de pleurer ? ». Tranquillement, essayez d’amener votre enfant à comprendre ce qu’il se passe. Prenez du recul, autant que possible, même si ce n’est pas facile afin de vous contenter d’être dans la description de ce que vous observez. Soyez surtout dans l’accueil des émotions de votre enfant, sans chercher à les stopper. En effet, les émotions sont très importantes et ne doivent pas être refoulées. Bien contraire, elles nécessitent que vous l’accompagniez pour les vivre pleinement.

Être sincèrement dans l’écoute

Lorsque votre enfant manifeste une vive émotion, prenez le temps de vous poser avec lui et de lui demander ce qu’il se passe. S’il est d’accord, posez-lui quelques questions afin de l’aider à comprendre ce qu’il traverse. « Raconte-moi ce qu’il s’est passé. Qu’est ce que tu as ressenti ? Est-ce que tu veux m’en dire plus ? ». Demandez-lui si ce qu’il ressent est agréable ou plutôt désagréable, inconfortable. Aidez-le à se concentrer sur son ressenti tout en vous montrant bienveillant et dans l’écoute. Sans jugement, sans lui dire que ce n’est rien ou que ça va passer. Ce n’est pas rien pour lui : pour l’instant, il vit cette émotion de manière intense et n’est pas capable de se projeter plus tard. Il a besoin de se sentir entendu et compris. Enfin, restez calme afin qu’il se sente apaisé et rassuré (le fameux effet miroir).

Si vous n’êtes pas seuls et que vous ne pouvez pas vous isoler avec votre enfant alors qu’il ressent une vive émotion, créez-vous votre propre bulle. À l’intérieur, il n’y a que vous, ici et maintenant. Oubliez les autres. Mettez-vous à sa hauteur et dites-lui que vous êtes là s’il a besoin de vous, s’il veut être accueilli dans vos bras. Soyez dans l’écoute et acceptez le processus de décharge.

Quels outils pour réguler ses émotions au quotidien ?

Au quotidien, le yoga, la méditation et la relaxation peuvent être d’excellents outils bien-être pour accompagner votre enfant dans la régulation de ses émotions. C’est un super moyen pour se poser, respirer et observer ce qu’il se passe dans son corps. Cela permettra aussi à votre enfant d’apprendre à prendre soin de lui, à s’écouter. Il gardera ensuite ses bonnes habitudes dans sa vie d’adulte.

Les exercices de respiration peuvent aussi être utiles pour trouver l’apaisement et prendre conscience de son souffle. Vous pouvez par exemple lui proposer de faire des bulles dans un saladier à l’aide d’une paille ou essayer de faire bouger une flamme sans l’éteindre (sous votre surveillance). Tout dépend de la situation, de l’émotion ressentie par votre enfant mais aussi de sa personnalité. Bien entendu, ce qui fonctionne un jour ne fonctionnera peut-être pas une autre fois. Dans la parentalité, rien n’est figé. Il ne faut pas hésiter à chercher de nouvelles pistes, à en parler autour de soi et à tester des choses. Les livres (La couleur des émotions par exemple) sont également un excellent support pour ouvrir la discussion avec votre enfant, n’hésitez pas à vous en servir régulièrement.

Mon astuce pour aider un enfant qui a peur et n’arrive pas à s’endormir : prenez une petite pierre ramassée lors d’une promenade, passez-la sous l’eau puis expliquez à votre enfant que c’est une pierre un peu magique. En la posant sur son ventre (là où se loge souvent la peur), elle va absorber toutes ses craintes pour l’apaiser et l’aider à trouver le sommeil. Ensuite, il suffit d’aller la rincer sous l’eau puis de la laisser reposer toute une nuit pour pouvoir s’en servir à nouveau.

Comment faire quand on se sent dépassé et incapable d’accueillir les émotions de son enfant ?

Parfois, il arrive aussi qu’on ne se sente pas du tout capable d’accueillir l’émotion de notre enfant. Malgré toute la bienveillance et l’empathie dont nous avons envie de faire part envers lui, à certains moment, c’est juste impossible pour nous. Et c’est bien normal. Nous avons, nous aussi parents, nos préoccupations, notre propre stress à gérer. Si la journée a été difficile, il n’est pas évident de devoir faire face aux tempêtes émotionnelles de son enfant. Ce n’est pas grave. Pour vous calmer si vous vous sentez dépassé, vous pouvez d’abord essayer de boire un peu d’eau (3 gorgées tout doucement) ou regarder la nature environnante pour vous apaiser. Dans mon livre, Partager le meilleur avec mon enfant, vous trouverez également de nombreux outils à intégrer au quotidien familial pour vivre une relation apaisée ensemble.

C’est également important de lui montrer que nous avons des limites et que parfois, nous n’y arrivons plus. Soyez honnête avec lui si vous ne parvenez pas à faire face à la situation. Dites-lui que c’est trop pour vous, que vous avez besoin de prendre soin de vous pendant 5 minutes avant de revenir vers lui. Rassurez-le sur le fait que c’est passager, que ce n’est pas de sa faute mais qu’il vous faut un peu de temps seul(e). Isolez-vous dans votre chambre ou écoutez une musique qui vous fait du bien et n’hésitez pas à passer le relais si c’est possible. C’est important aussi pour votre enfant de l’entendre, de savoir que c’est parfois normal de ne pas y arriver. N’oubliez pas enfin de prendre du temps pour vous régulièrement afin de parvenir à être dans l’accueil et l’écoute des émotions de votre enfant. Vous avez besoin de prendre soin de vous pour pouvoir prendre soin de lui.

Si vous ressentez le besoin d’être accompagné(e) sur ce sujet, n’hésitez pas à me contacter pour bénéficier d’un accompagnement parental. Nous trouverons des solutions ensemble pour que vous puissiez avancer sur le chemin de votre parentalité.

Cet article a été rédigé par Nadège Pétrel et Marie Mourot.

Crédit photo : Adobe Stock / © Fizkes

Vous aimerez aussi…

Comment favoriser le retour au calme avant l’endormissement ?

Comment favoriser le retour au calme avant l’endormissement ?

Le moment de l'endormissement est un sujet qui pose beaucoup de questions chez les parents. Il est aussi source d'inquiétude parfois. En effet, nombreux sont les enfants qui ont des difficultés pour trouver le sommeil le soir. Pour l'aider, les routines sont...

0 commentaires

Soumettre un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Pin It on Pinterest

Share This