Comment favoriser le retour au calme avant l’endormissement ?

Le moment de l’endormissement est un sujet qui pose beaucoup de questions chez les parents. Il est aussi source d’inquiétude parfois. En effet, nombreux sont les enfants qui ont des difficultés pour trouver le sommeil le soir. Pour l’aider, les routines sont essentielles car elles favorisent la détente et la sécurité affective. Alors, comment accompagner son bébé ou son enfant pour retrouver le calme avant l’endormissement ? Que peut-on mettre en place au quotidien dans notre vie de famille ?

Le retour au calme avant l’endormissement : une étape indispensable

Pour que votre enfant réussisse à trouver le sommeil, que ce soit en journée ou le soir, le retour au calme est nécessaire. En effet, il a besoin d’être détendu pour pouvoir lâcher prise et s’endormir facilement. Ce temps de retour au calme est donc à intégrer dans votre routine quotidienne.

À quel moment mettre en place une routine du soir ?

Dès les premiers jours, lorsque vous bercez votre bébé pour qu’il s’endorme, que vous le portez, qu’il s’endort au sein ou au biberon, il s’agit déjà de rituels. En effet, vous mettez en place ces actions plusieurs fois par jour et de manière régulière, une première routine est déjà en train de s’installer. Bien souvent, elle se met en place naturellement. Au fur et à mesure que votre enfant grandit, cette routine va bien évidemment évoluer.

D’un enfant à un autre, d’une famille à une autre, ces rituels ne seront pas les mêmes. À vous de tester différentes choses et de voir ce qui fonctionne bien pour votre enfant. La routine du soir peut par exemple comprendre un gros câlin, un massage, une chanson, une histoire ou une tétée à la lumière tamisée… N’hésitez pas à essayer et à réajuster si vous avez l’impression que les conditions ne sont pas réunies pour que votre enfant s’endorme paisiblement.

Comment favoriser le retour au calme ?

Les conditions de retour au calme seront différentes qu’il s’agisse d’un bébé, d’un enfant un peu plus grand ou alors d’un parent. Car oui, nous aussi, parents, avons besoin de mettre en place des petites routines qui nous font du bien afin de retrouver notre sérénité.

Le retour au calme chez le bébé

Le soir, il est très fréquent qu’un bébé pleure beaucoup. C’est ce que l’on appelle les pleurs de décharge. S’il s’est passé beaucoup de choses pour lui dans la journée, qu’il a vu du monde ou qu’il a fait une séance d’ostéopathie par exemple, son quotidien peut être perturbé, ce qui peut se faire ressentir le soir, à travers les pleurs. Difficile alors de ne pas se sentir démuni face à son enfant. Quelques petites astuces peuvent vous aider à l’apaiser. Si vous avez un ballon de grossesse, c’est le moment de le regonfler ! En effet, le mouvement de balancier peut être intéressant pour le réconforter et le rassurer tout en vous permettant de vous reposer vous aussi. Pour cela, asseyez-vous sur le ballon, prenez votre bébé contre vous en plaçant une main sous sa nuque et une autre sous ses fesses. Balancez-vous tranquillement jusqu’à ce qu’il s’apaise.

Les pleurs de décharge ont souvent lieu en fin de journée, à la même heure. Essayez de repérer l’heure exacte afin de les anticiper. Une demi-heure avant, vous pourrez ainsi réunir des conditions propices à l’apaisement : baisser la luminosité, mettre une musique douce ou des bruits blancs, chanter, le masser ou lui proposer une tétée. Parfois, il n’est pas évident de réunir toutes ces conditions et dans ce cas là, ce n’est pas grave. Prenez simplement le temps de le masser (pieds, jambes ou dos) afin de le détendre de façon corporelle et dénouer ses tensions.

Le portage peut aussi être efficace pour soulager le bébé et le parent alors n’hésitez pas à vous initier au portage si vous ne vous sentez pas assez à l’aise pour le pratiquer.

Le retour au calme chez l’enfant à partir d’un an

Chez les enfants un peu plus grands, il est important de prévoir un temps calme avant le moment du coucher. Commencez par baisser la luminosité et évitez toutes stimulations visuelles (écran, téléphone…) ou auditives (bruits, musique trop forte…) afin de ne pas entraver son endormissement. Les exercices de respiration peuvent être intéressants pour apaiser votre enfant avant la nuit (ou la sieste). Ils ont de réels bénéfices pour lui. Vous pouvez privilégier des exercices ludiques en vous servant par exemple d’une boule rétractable pour accompagner visuellement la respiration. Souffler sur une plume ou un moulin à vent permet également de rendre la respiration plus ludique et concrète. Ces exercices de respiration permettront ainsi de marquer une transition entre la journée et la nuit. Vous pouvez aussi pratiquer la yoga avec votre enfant et ce, dès 18 mois. Cela vous permettra de vous détendre mais aussi de passer du temps ensemble et de remplir chacun vos réservoirs affectifs avant de vous séparer pour la nuit.

Retrouver son calme quand on est parent

Nous aussi, parents, avons besoin de retrouver notre calme pour pouvoir prendre soin de nos enfants. Il ne faut donc pas hésiter à vous accorder quelques pauses de détente dans votre routine quotidienne. Boire un peu d’eau, écouter une musique que vous aimez ou encore méditer une dizaine de minutes sont des choses qui peuvent vous faire du bien. Les auto-massages au niveau des mains, des yeux, des doigts ou des pieds peuvent aussi être propices à la détente. Alors ne vous en privez pas !

La relaxation : quels bénéfices ?

Si votre bébé ou votre jeune enfant éprouve des difficultés à retrouver le calme avant de s’endormir, n’hésitez pas à essayer la relaxation. Il s’agit d’une histoire, d’un voyage relaxant à écouter ensemble. Une relaxation est différente d’une méditation car elle invite simplement à se laisser porter par une histoire et la rencontre avec ses personnages… Vous pouvez intégrer un moment de relaxation pendant le rituel du soir et profiter ensemble de ses bénéfices. Cela permettra une détente au niveau du corps mais aussi un lâcher prise au niveau des émotions. Les enfants pourront ensuite poursuivre l’histoire dans leurs rêves… Si votre enfant est hypersensible ou à haut potentiel, la relaxation lui sera vraiment bénéfique.

Que faire quand mon enfant a du mal à lâcher prise au moment de l’endormissement ?

Le lâcher prise au moment de l’endormissement est un sujet qui soulève de nombreuses interrogations chez les parents, quel que soit l’âge de leur enfant. Cependant, il est difficile de répondre de façon précise à cette question car les causes peuvent être multiples. Pour trouver les raisons d’un endormissement difficile, un entretien plus complet est nécessaire. Cependant, pour vous aider à y voir plus clair, voici quelques pistes de réflexion. Est-ce que l’endormissement a toujours été compliqué pour lui ou est-ce que cela est est soudain ? Quel est le rythme de votre enfant en journée ? En effet, il est souvent important de prendre du recul et de regarder ses temps de veille et de sommeil pour essayer de comprendre. Il ne faut pas hésiter à remettre en cause l’heure du coucher si besoin afin de trouver la bonne fenêtre d’endormissement.

D’autres causes transitoires peuvent aussi apparaître : une poussée dentaire, un reflux (notamment s’il est inconfortable en position allongée). Les nouvelles acquisitions motrices peuvent également jouer sur le sommeil et le lâcher prise. Un enfant qui commence à se mettre debout par exemple peut avoir des difficultés à s’endormir et c’est tout à fait normal. Enfin, il est aussi important de savoir que le déroulement de sa journée va conditionner son endormissement le soir (problèmes éventuels rencontrés, temps de qualité avec vous, siestes, écrans…). N’hésitez pas à chercher ce qui peut poser problème afin que votre enfant s’endorme paisiblement.

Si le sommeil de votre enfant est vraiment compliqué, je vous invite à découvrir mon accompagnement dédié au sommeil de l’enfant de 0 à 4 ans. Personnalisé et individualisé, il vous aidera à mieux comprendre ses besoins afin de l’aider à trouver le sommeil plus facilement.

Cet article a été rédigé par Nadège Pétrel et Marie Mourot.

Crédit photo : Adobe Stock/ © JenkoAtaman

Vous aimerez aussi…

Comment comprendre et accompagner les émotions de mon enfant ?

Comment comprendre et accompagner les émotions de mon enfant ?

Il n'est pas toujours facile pour un enfant d'apprendre à composer avec toutes les émotions qui l'habitent au quotidien : colère, joie, tristesse, jalousie... Il a besoin de votre aide pour réussir à mieux les appréhender. Alors comment comprendre ce qu'il ressent et...

0 commentaires

Soumettre un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Pin It on Pinterest

Share This